L’équipe enseignante

Le parcours « Ethnologie des arts vivants » est une collaboration du département des Arts et du Département d’Ethnologie de l’Université de Nice

  • Présidente de l’Université de Nice- Sophia  Antipolis : Frédérique Vidal.
  • Doyen de l’UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines : Alain Tassel.

Le département des Arts) :

Il est constitué des trois sections : Musique, Danse, Théâtre.

Il est sis sur le campus Carlone, au rez-de-chaussée du bâtiment D et se compose :

D’un secrétariat

Solange Lorenzini, Laurence Ulman, Stéphanie Guerrero,

Bureau H 111, tel : 04 93 37 56 50 :

solange.lorenzini@unice.fr

laurence.ulman@unice.fr

stephanie.guerrero@unice.fr

D’un studio audio/vidéo, Salle 175, tel : 04 93 37 53 87

De deux laboratoires de recherche RITM et LIRCES (ouverts aux étudiants de 3e cycle)

D’un bureau des enseignants, salle 174, tel : 04 93 37 54 56

De quatre salles principales de cours, salles 173 et 177, Extension 201 et Amphi 75.

Direction de Département : Annick Dubois

Responsables pédagogiques et administratifs :

Responsable de la Section Musique : Jean-François Trubert

Responsable de la Section Danse : Federica Fratagnoli

Responsable de la Section Théâtre : Brigitte Jouannault

Responsable pédagogique et administratif du parcours Ethnologie des arts vivants (au sein du département des Arts) : Luc Charles-Dominique

Responsable pédagogique pour les Licence 1 (RPL1) du Département des Arts, Luc Charles-Dominique.

Les étudiants qui le souhaitent peuvent demander un rendez-vous à Luc Charles-Dominique :

l.charles-dominique@wanadoo.fr

Environnement Recherche : Equipes d’accueil auxquelles appartiennent les enseignants du Département

RITM (EA 3158)

Centre de recherche sur l’analyse et l’interpretation en musique et dans les arts du spectacle

Directrice : Marina Nordera

Marina.Nordera@unice.fr

LIRCES  (EA 3159)

Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés.

UFR Lettres, Arts et sciences Humaines

Directeur : Marc Marti, Professeur

2ème étage, bureau 233

Tél-fax : 04 93 37 54 39

e-mail : marti@unice.fr

http://www.unice.fr/cna

Le Département de Socio-Ethnologie :

Les études de sociologie et d’ethnologie existent à Nice depuis 1965, date de création de l’Université. 15 enseignants permanents et une vingtaine de chargés de cours enseignent dans le Département, où sont inscrits plus de 500 étudiants répartis dans les trois cycles.

Adresse

Département de Sociologie-Ethnologie

98 Boulevard Edouard-Herriot, BP 3209

06204 Nice Cédex 3.

Secrétariat du Département : Carole Castex

Bureau H 433 – Tél : 04 93 37 56 61.

Email : castex@unice.fr

Affichage : Les étudiants sont invités à consulter régulièrement les panneaux d’affichage devant le secrétariat pédagogique.

Direction du Département : Marie Lesclingand

Marie.LESCLINGAND@unice.fr

Responsables pédagogiques et administratifs :

Licence d’Ethnologie : Philippe Hameau

Philippe.Hameau@unice.fr

Responsable de la section d’Ethnologie : Arnaud Halloy

halloy@unice.fr

Responsable du parcours Ethnologie des arts vivants pour le Département d’Ethnologie : Toufik Ftaita

Toufik.FTAITA@unice.fr

Taxe d’apprentissage :

Le Département de Sociologie-Ethnologie est habilité à percevoir la taxe d’apprentissage, versée obligatoirement chaque année par les entreprises employant au moins un salarié. Les étudiants connaissant, dans leur entourage, des entreprises susceptibles de verser cette taxe sont invités à les mettre en relation avec le secrétariat du Département.

Environnement Recherche : Equipes d’accueil auxquelles appartiennent les enseignants du Département

LIRCES  (EA 3159)

Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés.

UFR Lettres, Arts et sciences Humaines

Directeur : Marc Marti, Professeur

2ème étage, bureau 233

Tél-fax : 04 93 37 54 39

e-mail : marti@unice.fr

http://www.unice.fr/cna

LASMIC  (EA –3179)

Laboratoire d’Anthropologie et de

Sociologie « Mémoire, Identité et Cognition sociale ».

UFR Lettres, Arts et sciences Humaines

98, Bd Edouard Herriot

06204 Nice Cedex 3

Directeur : Joël Candau

2ème étage : bureau 126

joel.candau@unice.fr

http://www.unice.fr/lasmic

Tél : 04 93 37 55 45

L’équipe enseignante du parcours

« Ethnologie des arts vivants » :

Enseignants du Département des Arts :

Luc Charles-Dominique (Professeur)

Nathalie Gauthard (Maître de conférences)

Mahalia Lassibille (Maître de conférences)

Marina Nordera (Professeur)

Joëlle Vellet (Maître de Conférences)

Antoine Bourgeau (chargé de cours)

Valérie Ballestra (chargée de cours)

Cécile Iwahara (chargée de cours)

Laure Garrabé (chargée de cours)

Florian Gourio (chargé de cours)

Enseignants du Département de Socio-Ethnologie :

Professeurs titulaires

Jean-Yves Boursier  (boursier@unice.fr)

Joël Candau (candau@unice.fr)

Dejan Dimitrijevic  (dimitrij@unice.fr)

Maîtres de Conférences titulaires

Toufik Ftaita (ftaita@unice.fr)

Arnaud Halloy (halloy@unice.fr )

Philippe Hameau  (hameau@unice.fr)

Agnès Jeanjean  (jeanjean@unice.fr)

Catherine Llaty  (llaty@unice.fr)

Moniteurs-Allocataires de recherche

Tiphaine Duriez

ATER

Julien Garcia, Doctorant en anthropologie

Mlle Bindi

Les 3 enseignants-chercheurs spécialistes

d’ « ethnologie des arts vivants » :

Luc Charles-Dominique

www.charlesdominique.wordpress.com

Luc Charles-Dominique est Professeur des Universités en ethnomusicologie à l’Université de Nice-Sophia-Antipolis (UNS) (CIRCPLES, EA 3159), après avoir occupé durant de nombreuses années les fonctions de Directeur musical du Conservatoire Occitan de Toulouse et de Directeur du Centre Languedoc-Roussillon des Musiques et Danses Traditionnelles, parallèlement à une activité soutenue de recherche, de publications et de charges de cours en ethnomusicologie dans plusieurs universités françaises.

Depuis sa nomination comme Maître de Conférences en ethnomusicologie en février 2005 à l’UNS, qui a marqué le début de sa nouvelle carrière d’enseignant-chercheur, il a dirigé la Section Musique (2006-2010), siégé au Conseil Scientifique de l’Université de Nice (collège des MCF) (2007-2008), créé en 2008 le parcours bidisciplinaire Arts-Ethnologie (18ème-20ème sections du CNU) en Licence et Master (Ethnologie des arts vivants) qu’il dirige depuis, intégré en 2005 l’équipe pédagogique du master professionnel Métiers du patrimoine (Ethnologie) et assumé de 2005 à 2011 la direction administrative et pédagogique du DU « Ethnorythmes. Musiques et Danses du Monde. Connaissance des patrimoines et projets culturels ».

Ethnomusicologue, anthropologue, historien, ses recherches sont de triple nature : en anthropologie musicale historique (personnage historique du ménétrier, influence des musiques tsiganes sur la musique française, symboliques du sonore), en épistémologie (ethnomusicologie et histoire), en ethnomusicologie de la France et de la Méditerranée (anthropologie de la modernité, patrimonialisation musicale).

Auteur de 61 articles, chapitres d’ouvrages collectifs, comptes rendus, publiés en France, Angleterre, Suisse, Italie, Canada, Espagne, de 55 publications d’entretiens, de 2 préfaces et 2 livrets de disques, organisateur de 6 colloques internationaux de 2000 à 2011, il est également l’auteur de plusieurs ouvrages d’anthropologie musicale historique, dont Les Ménétriers français sous l’Ancien Régime, Paris, Klincksieck (1994) et Musiques savantes, musiques populaires : les symboliques du sonore en France (1200-1750), Paris, CNRS (2006). Il a par ailleurs édité quatre ouvrages collectifs d’ethnomusicologie : (avec Jérôme CLER), La Vocalité dans les pays d’Europe méridionale et dans le bassin méditerranéen, Actes du colloque international de La Napoule, mars 2000, Parthenay, FAMDT, 2002, 232 pages ; (avec Pierre LAURENCE), Les hautbois populaires. Anches doubles, Enjeux multiples, Parthenay, FAMDT, 2002, 296 pages ; (avec Yves DEFRANCE), L’Ethnomusicologie de la France : de « l’ancienne civilisation paysanne » à la globalisation, Actes du colloque de Nice, nov. 2006, Paris, L’Harmattan, 2009, 496 pages (Collection Ethnomusicologie et anthropologie musicale de l’espace français) ; (avec Laurent AUBERT), « Mémoire, traces, histoire », édition des Actes du colloque Mémoire, traces et histoire dans les musiques de tradition orale (Nice, 16-17 octobre 2008), Cahiers d’Ethnomusicologie, n° 22, 2010. Musicien, créateur de la Biennale des Musiques Ibériques à Colomiers-Toulouse et Directeur artistique des éditions 1996 et 1998, fondateur de la revue musicale Pastel, chercheur et collecteur, il a enregistré et publié 18 disques de 1979 à 2004.

Il a été 5 fois lauréat du Prix International de l’Académie Charles Cros, en 1986, 1987 et 1988 (3 albums de la collection discographique Musiques et Voix Traditionnelles Aujourd’hui), en 2004 (anthologie discographique Bodega, Bodegaires ! consacrée à la tradition de cornemuse du Haut-Languedoc) et en 2007 (ouvrage Musiques, savantes, musiques populaires. Les symboliques du sonore en France 1200-1750).

Expert pour les musiques traditionnelles et l’ethnomusicologie auprès de la Délégation départementale à la musique et à la danse des Alpes-Maritimes (ADEM 06) de 2006 à 2009, auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Provence-Alpes-Côte-d’Azur depuis 2006, expert occasionnel pour l’ANR, Revues.org, le DAAD (Office Allemand d’Echanges Universitaires), membre de 11 Comités de sélection depuis 2008, il a fondé et dirigé plusieurs collections bibliographiques et discographiques d’ethnomusicologie et dirige actuellement avec Monique Desroches et Yves Defrance la collection Anthropologie et musiques chez l’Harmattan. Il a été membre du Comité éditorial (éditions sonores et écrites) de la Fédération des Associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) de 2002 à 2007, après avoir été administrateur de cette fédération depuis 1997. Il est également membre depuis 2010 du Comité de rédaction de la revue L’Ethnographie, Création, Pratiques, Publics, Revue de la Société d’Ethnographie de Paris, MSH Paris-Nord et depuis 2010 du Comité de lecture de la collection Hommes et Musiques de la Société Française d’Ethnomusicologie (SFE).

Membre de la SFE depuis 1995, de la Société Canadienne pour les Traditions Musicales (SCTM) depuis 2009, il a cofondé en 2007 le CIRIEF (Centre International de Recherches Interdisciplinaires en Ethnomusicologie de la France, www.cirief.fr), société savante qui compte aujourd’hui 35 membres actifs (chercheurs et institutions), qu’il préside depuis sa création. Chercheur associé au Laboratoire d’Ethnomusicologie et d’Organologie (LEO) de la Faculté de Musique de l’Université de Montréal (UdeM), il a jeté les bases d’une coopération scientifique internationale avec la Professeure d’Ethnomusicologie Monique Desroches (UdeM) entre l’Université de Nice-Sophia-Antipolis et la Faculté de Musique de l’Université de Montréal, se traduisant par des échanges pédagogiques (étudiants et professeurs) et des projets internationaux de recherche (l’un financé par le Conseil Franco-Québécois de Coopération Universitaire en 2010, un autre déposé en 2011 au titre du programme ANR France-Québec). Il a créé avec Monique Desroches en 2010 le réseau CARGO (« Confluence des Anthropologues en Recherche sur la Gestuelle et l’Oralité sonores – Caraïbes-Océan Indien »).

Nathalie Gauthard

 

Nathalie Gauthard est Maître de Conférences en ethnoscénologie. Ses recherches conjuguent Arts du Spectacle et ethnologie/anthropologie dans une approche transdisciplinaire. Ses thématiques de recherches portent sur les revendications/constructions identitaires en arts vivants, les processus et les effets de la patrimonialisation (Patrimoine Culturel Immatériel), les processus mémoriels et leurs réactualisations sur les scènes locales et globales et plus largement sur une « anthropologie de la performance » et les pratiques carnavalesques.

Spécialiste du Tibet, elle a travaillé sur les processus d’exportation de rituels issus du bouddhisme tibétain (danses sacrées) sur les scènes internationales et sur la récente patrimonialisation de l’épopée tibétaine de Gesar de Ling et ses effets sur la « minorité » tibétaine au sein de la République Populaire de Chine. Elle est auteur d’une vingtaine d’articles scientifiques et a dirigé un ouvrage collectif sur « Carnavals et pratiques carnavalesques : circulations, transformations et contemporanéité » à paraître prochainement.

Elle a été invitée en tant que conférencière dans les universités de Sun-Yat Sen à Taïwan et à l’université Fédérale de Bahia au Brésil avec lesquelles elle a établit un partenariat.

Membre du LIRCES EA 3159 et membre associé du laboratoire d’ethnoscénologie (Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord), elle est fondatrice et présidente de la Société Française d’Ethnoscénologie (SOFETH)  http://sofeth.over-blog.com/. Elle a également dirigé la section « Arts du Spectacle : Théâtre » de Université de Nice.

Elle travaille actuellement sur une anthropologie de la performance, de la fête et des pratiques carnavalesques.

 

Mahalia Lassibille

Maître de Conférences au sein de la section danse, Département Arts, de l’Université de Nice Sophia Antipolis depuis 2008, et Responsable de cette section depuis 2010, Mahalia Lassibille a passé sa thèse de doctorat en 2004 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en Anthropologie sociale et Ethnologie sous la direction de Jean-Loup Amselle. Anthropologue de formation (D.E.U.G. de Sociologie ; Licence, Maîtrise, D.E.A. d’Anthropologie à l’Université de Bordeaux II), elle a suivi des enseignements spécifiques au département Danse à l’Université de Paris VIII. Elle a été ATER et chargée de cours au département d’Anthropologie (1996-2008) et de S.TA.P.S. (1999-2003) de l’Université de Bordeaux II, au département d’Arts Plastiques (2000-2005) de l’Université de Bordeaux III, au département de Danse de l’Université Paris VIII (2005-2008) et à la section Danse de l’Université de Nice Sophia Antipolis.

Son travail ethnographique chez les Peuls WoDaaBe depuis 1994, centré sur l’analyse de leurs dynamiques identitaires à partir de leurs pratiques dansées, l’a conduite à dégager deux axes de recherche plus généraux.

1) Les danses d’Afrique dans les expressions identitaires contemporaines : entre circuits internationaux et recompositions locales

– Danser en réseau : le passage scénique des danses d’Afrique

– Danses, tourisme culturel et revendications politiques au Niger

Si les phénomènes de mondialisation chorégraphique peuvent être étudiés par macro-analyse, une micro-anthropologie s’avère centrale afin de saisir l’hétérogénéité des contextes, les imbrications entre les réseaux, les acteurs et les espaces, et d’analyser les recompositions locales qui s’opèrent en Afrique via les danses. En effet, la danse s’y fait le vecteur de revendications politiques de mouvements définis comme « ethniques », « autochtones », « nationalistes »…

Après avoir étudié les danses woDaaBe dans leur cadre cérémoniel, les recherches de Mahalia Lassibille ont porté sur leur passage scénique lors de festivals en France et sur leur mise en tourisme au Niger, ces trois temps interagissant. Ceci a permis de questionner la catégorie de « danse touristique », de considérer la part active des WoDaaBe et de mettre en lumière le rôle de revendication politique des danses par la co-présence des acteurs et la mise en scène qu’elles  impliquent. Ce pan de recherche est constamment actualisé au fil des évènements politico-touristiques se déroulant au Niger.

2) Les catégories en danse : fictions, contradictions et recompositions.

– La déconstruction de la catégorie « danse africaine »

– « La danse africaine contemporaine » : entre pratiques et recherches

Il s’agit de questionner les catégories en danse qui représentent un arrière-plan fondamental des pratiques et de la recherche. Si ces catégories se révèlent être des fictions inévitablement stéréotypées de par leur processus de sélection, d’unification et de standardisation, elles influencent les danseurs et chorégraphes, et structurent nos regards et nos attentes.

Cet axe fut engagé par un travail de déconstruction de la catégorie « danse africaine ». Mahalia Lassibille a démontré qu’il s’agissait d’une invention résultant de l’histoire des relations entre l’Afrique et les pays européens et où l’anthropologie a eu une place centrale. Ces recherches l’amènent à s’interroger sur la catégorie de « danse africaine contemporaine » qui soulève des assignations contradictoires, et sur la manière dont les acteurs africains utilisent, se réapproprient et interprètent les catégories en danse. Ce pan donne actuellement lieu à des recherches de terrain en Afrique, sur des chorégraphes et des institutions reconnues mais aussi des pratiquants anonymes et des réseaux alternatifs.

Mahalia Lassibille mène ses enquêtes de terrain au Niger depuis 1994 et au Mali depuis 2009. Elle est membre du laboratoire RITM UNSA (EA 3158), et membre associée à l’URMIS (UMR 205). Elle fait également partie de l’ACD (Association des Chercheurs en Danse), de la Société des Africanistes, de l’ICTM (International Council of Traditional Music).

Elle a participé à des colloques nationaux et internationaux, à des colloques et des journées d’études, et a publié des articles dans différentes revues et ouvrages. Elle a participé à plusieurs jurys de soutenance de thèse et à des comités de sélection. Experte occasionnelle aux Cahiers d’Etudes africaines, elle a co-organisé avec Nathalie Gauthard les journées d’études intitulées : « Esthétique politique et glocalisation. Pratiques artistiques, circulations et revendications identitaires » au sein du RITM. Elle co-dirige une thèse avec Isabelle Ginot (professeur au département Danse de l’Université de Paris VIII) sur la danse contemporaine mozambicaine.

Publications :

Chapitres d’ouvrages

– « Quand la mémoire de l’ethnologue vacille. Oubli, confrontation et réappropriation d’une recherche en danse », in RicorDanze: memoria in movimento e coreografie della storia, dir. M. Nordera et S. Franco, UTET, Torino, 2010 : 267-285

– « Beautés assassines », in. E. Azouly, A. Demian, D. Frioux, 100.000 ans de beauté humaine, Ed. Babylone/Gallimard, Paris, vol 4. Modernité, 2009 : 188-190

– « La danse africaine : une catégorie anthropologisée », in Responsabilités d’ethnologues ? Savoir anthropologique et sociétés ethnologisées, dir. Anne Doquet et L. Obadia (à paraître)

– « Les danses africaines traditionnelles : des pratiques contemporaines », Histoire de l’art et création dans les sociétés traditionnelles. Une perception ethnocentrique de l’objet d’art, dir. A. Dupuis, J. Ivanoff (à paraître)

Articles (revues à comité de lectures)

– « Les scènes de la danse : entre espace touristique et politique. Chez les Peuls WoDaaBe du Niger », Cahier d’Etudes Africaines, XLIX (1-2), N° 193-194, 2009 : 309-335

– « Stratégies chorégraphiques. L’exercice politique de la danse chez les WoDaaBe », Journal des anthropologues, N°112-113, 2008 : 155-181

– « Les danses woDaaBe entre spectacles touristiques et scènes internationales : les coulisses d’une migration chorégraphique », Autrepart, 2006, N°40 : 113-129

– « « La danse africaine », une catégorie à déconstruire », Cahiers d’Etudes Africaines, XLIV (3), N° 75, 2004 : 681-690

Actes de colloques

– « Les WoDaaBe, vendeurs de bijoux en Occident », Migrations et mobilité spatiale dans le Bassin du Lac Tchad, dir. H. Tourneux et Woïn N., Ed° I.R.D., CD rom, 2010

– « Des danses à l’identité chez les WoDaaBe du Niger », Pratiques corporelles, N° 124, 1999 : 15-21

– « L’homme et la vache dans l’esthétique des Peuls WoDaaBe », in L’homme et l’animal dans le Bassin du lac Tchad, C. Baroin et J. Boutrais, Ed° IRD, Paris, 1999 : 251-262


Une réponse à “L’équipe enseignante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s